• Aux ruine de la vie

    Aux ruine de la vie

    Un instant minuscule qui jamais ne bouscule
    Le chant silencieux de la mélancolie
    D’un souvenir tombé aux ruines de la vie
    Sans tombeau à fleurir à l’heure du crépuscule.

    Au caveau de mon coeur repose le délice
    De l’Amour majuscule, du rêve et de l’envie,
    De nos doigts papillons sur nos corps en folie :
    Ô temps qui se désole, l’ennui n’est point supplice.

    Ne cherche pas le pleur, c’est toi qui me console
    Quand tu joues, dans le soir, la douce mélodie
    Des passions d’hier à la tendre harmonie ;
    Accrochée à tes ailes, vers l’Emoi je m’envole.

    Le soupir de la nuit sur l’aube qui bascule
    M’invite à refermer ma mémoire bénie
    Au secret de l’écrin de mon âme ravie
    Qui nous verra renaître sous la lune incrédule.

    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment



    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :